Le KALAHARI

Piper’s Pan


Notre parcours dans la réserve

De Sunday camp à Piper’s Pan

source carte Shell msiafricaroadtrip.com
Carte source : carte Shell CKGR

La piste

Nous avons quitté Sunday camp pour nous diriger vers Piper’s Pan qui est  situé à 137 km de Sunday, en passant par Dèception Valley. Nous avons traversé Déception Valley, direction →Letlahau Pan. Sur cette piste jusqu’à la jonction  de Piper’s Pan / Tau Pan elle est très accidentée. Vous avez des ornières (en argile séché) plus ou moins profonde qui se sont formées par le passage des 4X4 en saison des pluies, et cela sur une bonne partie du trajet. Une piste difficile en saison sèche, puisque nous avons roulé très souvent au pas, en espérant de ne rien casser tellement certaines ornières étaient profondes : le 4X4 bouger dans tous les sens. De Déception Valley jusqu’à la jonction nous avons mis 4h en comptant les arrêts photos et la pause déjeuner au point d’eau Letiahau.


En saison des pluies elle doit être impraticable, d’ailleurs la carte Shell en parle, une carte indispensable pour les pites du Botswana. Ensuite jusqu’à Piper’s Pan aucun problème, nous sommes arrivés vers 15 h à destination. Cependant les paysages sont fabuleux, nous avons traversé des étendues infinies de savane herbeuse.


Il faisait une chaleur d’enfer ! Aux heures les plus chaudes de la journée, chaque petites parcelles d’ombre étaient occupées par les animaux.

 msiafricaroadtrip.com sous des arbustes dans le CKGR Kalahari Botswan
Springbok sous un arbres dans le kalahari ckgr Botswana.  msiafricaroadtrip.com

Sur la piste de Piper’s Pan un Otocyon nous observe les deux autres se cachent derrière les herbes jaunes, ils se fondent parfaitement dans le paysage. En arrivant sur notre emplacement de camping (CKPIP01) un gros lièvre (Scrub Hare) a traversé le terrain tranquillement. L’emplacement n’est pas très clean ! Certaines personnes laissent des papiers derrière eux y compris du papier aluminium dans les herbes !!!

Cette emplacement nous ne l’avons pas trouvé terrible, il est étriqué par rapport aux autres campsites, la vue sur le pan est masquée par des buissons et il est éloigné du point d’eau. Pour les sanitaires c’est bien, ils sont au dessus sur un autre terrain et entouré d’arbustes épineux. Déçu par le campsite nous décidons de passer la nuit sur le pan au bord du point d’eau. Nous laissons notre table et les chaises à notre emplacement de camping et bien sûr, les toilettes et le feu de camp se passe au campsite. Cependant nous n’avons pas fait de feu pour le « Braai* » ce soir là.

Nous avons installé la voiture à une dizaine de mètre du point d’eau, afin que les animaux ne soit pas gêner pour venir s’abreuver, mais également dans l’espoir qu’un fauve pointe son museau . Nous assistons à un magnifique coucher de soleil, puis nous mangeons dans la cabine de la voiture notre bol de couac (semoule de manioc) mélangé à une boite de sardine pimenté. Le lion ne viendra pas ce soir ! Nous avons regagné notre tente avant la tombée de la nuit, et nous nous sommes endormis sereinement.  

Toyota 4X4 bushcamper sur le Piper's Pan CKGR Botswana.  msiafricaroadtrip.com

Vers quatre heures du matin, j’ai été réveillée bruyamment par un puissant bruit d’eau. Je me suis empressée de secouer JP en lui disant : « réveille-toi, un animal est en train de se baigner », avec sa lampe torche à travers la moustiquaire, il a éclairé le point d’eau.  Quelle surprise ! Lorsque nous avons découvert quatre éléphants au milieu de l’eau, s’aspergent à profusion avec leur trompe. Aussitôt nous avons éteins la lampe pour ne pas les déranger, et nous nous sommes contentés de les écouter sans faire de bruit. Au bout d’un certain temps, ils sont partis tout doucement en passant à quelques mètres de la voiture.  

À six heures du matin, nous avons décidé d’aller prendre notre petit-déjeuner au campsite car il n’y avait plus un seul animal autour du point d’eau. JP se trouvait derrière le véhicule en train de fermer la tente et j’allais juste monter dans la voiture ; alors qu’au loin trois points marron s’avançaient vers nous.

Au début, je me suis dit : « encore des biches », cependant à mesure que les silhouettes s’avançaient vers nous, non seulement, elles n’avaient plus l’aspect d’une biche, mais j’ai reconnu très vite la démarche allongée et souple d’un fauve. À ce moment là, je ne me suis pas précipitée dans la cabine du 4X4 pour m’enfermer ou de récupérer rapidement ma caméra, j’étais comme hypnotisée par les trois lionnes. Lesquelles cheminaient majestueusement vers nous.     

Je n’ai pas hurler ou crier « des lionnes ! « , j’ai appelé à trois reprises JP lequel était toujours à l’arrière du 4X4 en train de s’acharner à fermer le toit de la tente. Il c’est enfin décidé à me rejoindre, alors qu’elles n’étaient plus qu’à une vingtaine de mètres de nous, à cette instant nous avons sauté dans la voiture et nous avons pris nos appareils (photo et caméra). Une fois en sécurité dans la voiture, j’avais la crainte d’ouvrir complètement la vitre : comportement complètement contradictoire !

lionne dans le CKGR LE kALAHARI BOTSWANA.  msiafricaroadtrip.com
msiafricaroadtrip.com

Le CKGR (Nord) : la réserve qui m’a le plus envoûté. Le Kalahari a une beauté singulière avec ses paysages de savanes herbeuses à perte de vue. Mes plus gros « Coups de cœurs » dans la réserve ce sont Piper’s Pan et Motopi. Cette année 2019 nous allons faire la traversée du sud au nord, nous nous languissons de retrouver cette réserve captivante. Pour ma part, c’est l’épisode des lionnes le moment le plus fort de notre périple au Botswana.


Le lendemain nous avons quitté Piper’s Pan en direction de Motopi ↓


%d blogueurs aiment cette page :